Nos recrues

L'ADERM désire présenter les personnes qui ont adhéré depuis juillet 2018. Certains (7) ont fait un retour mais, en date du 15 avril 2020, 56 nouvelles personnes ont joint l'association.

En attendant que plusieurs acceptent de se faire connaitre, nous utiliserons ici surtout des textes qui ont déjà été publiés dans L'Entre-nous.

• Publications du 15 avril (9 extraits de L'Entre-nous vol. 26 nos 2 et 3 et vol. 27 no 1 et un nouveau texte)

Dominique Mainville
Ayant oeuvré à la CSDM pendant 18 ans comme enseignante et 17 ans à la direction tant en adaptation scolaire qu’au régulier, l’heure de ma retraite a sonné en 2017. Satisfaite et heureuse de ma carrière, j’ai maintenant une vie tout aussi remplie par les voyages, le sport et l’apprentissage du violoncelle.

Ce sera un plaisir de revoir les anciennes et anciens collègues à l’ADERM.

Ginette Côté (nouveau texte)
Quoi écrire? Je peux commencer en disant que j’ai fait carrière à la CSDM pendant 37 années! Il faut le faire! Mes 5 dernières années, j’étais responsable de budgets au Service des ressources matérielles et j’ai bien aimé l’expérience.  Maintenant, je suis à la retraite depuis bientôt 7 ans. Disons que je me sens vraiment bien dans ce nouveau statut.

Depuis un peu plus de deux ans et avec l’aide de trois personnes étant mes concitoyennes, j’ai mis sur pied un OBNL « L’Atelier de la relève artisanale (L’ARA) ». Cet organisme est un groupe bénévole dont les buts principaux sont d’échanger, d’enseigner et de partager nos connaissances et habiletés artisanales, et ce, entre toutes les personnes participantes intéressées des municipalités environnantes. Nous avons commencé à 4 membres et maintenant, nous sommes rendus à tout près de 40 membres actifs. Beau chiffre pour une toute petite municipalité qu’est Saint-Bernard-de-Lacolle! Je souligne que ces rencontres amicales et éducatives me permettent de faire de nouvelles connaissances, de sortir de la routine et de prendre du bon temps juste pour soi!

Anna Gisondi
En juillet 2012, je commençais ma retraite. Après 8 ans comme enseignante au secondaire et primaire et 25 ans comme directrice adjointe et directrice d’établissement, j’estimais que mon parcours dans l’éducation était suffisant et j’étais assez satisfaite de mes accomplissements. Durant cette intéressante route professionnelle, j’ai eu la chance de travailler et connaitre le fonctionnement de deux commissions scolaires. J’ai commencé à la CEPGM (commission scolaire protestante du Grand Montréal) et en 1998, je me retrouvais à la CSDM. Disons qu’il fallait refaire ses galons dans la nouvelle commission scolaire! J’ai eu le privilège aussi de m’investir, comme enseignante ou directrice, avec les équipes de onze écoles différentes et la très grande majorité d’entre elles se trouvait en milieu défavorisé.

En aout 2012, ma retraite de 3 semaines se transformait finalement en semi-retraite. Je me suis engagée dans l’organisme de bienfaisance Fusion Jeunesse. Je trouvais que cet organisme avait quelque chose à m’offrir et vice-versa. Sa mission est de contribuer à la persévérance scolaire, à l’employabilité et à l’engagement civique des jeunes. Pour ce faire, l’organisme implante des projets innovants d’apprentissage expérientiel et il s’engage à créer des liens continus entre les milieux scolaires et la communauté.

J’y suis encore parce que le plaisir est toujours dans l’équation. Depuis le début, je travaillais 4 jours semaine et en aout 2018, j’ai réduit mon temps à deux jours par semaine. Disons que je me dirige tranquillement vers la retraite complète, question de pouvoir vivre une nouvelle ribambelle de petits bonheurs et être l’heureuse complice de mes deux petits-enfants!

Pascale Cauchy
Je suis retraitée depuis la fin de la dernière année scolaire après 13 ans comme enseignante en adaptation scolaire et au primaire puis, 20 ans à la direction adjointe et direction d’écoles primaires. Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai eu la chance de travailler avec des professionnels formidables qui ont à cœur le développement global de l’enfant. Des gens qui ont su et osé innover, qui ont fait la différence pour les élèves, particulièrement ceux éprouvant des difficultés. Je me sens privilégiée d’avoir fait partie de cette grande famille. Bien heureuse d’avoir moins de pression sur les épaules, de me donner du temps et surtout de retrouver mes collègues à l’ADERM.

Johanne Provost
« Passionnée de l’éducation depuis 50 ans, mon parcours a traversé les avenues suivantes: gardienne, éducatrice en garderie, enseignante, enseignante ressource, directrice adjointe et directrice ces 20 dernières années. Des années de labeur et de bonheur que j’ai laissées derrière moi depuis le 12 mars dernier pour donner libre cours à ma seconde passion, l’écriture.

Je profite de la liberté d’esprit pour les mots, la culture, les voyages, la randonnée et le yoga. Retraitée de l’éducation, me voilà heureuse d’être employée du moment présent. Au plaisir de croiser votre route… »

Louise Joly
Je suis retraitée depuis le 28 juin dernier après 17 ans comme enseignante au primaire à la CEPGM et 2 ans comme adjointe à Saint-Noël-Chabanel de la CSDM, je travaillais alors dans des écoles défavorisées et très multiculturelles du quartier Saint-Michel. J’ai par la suite été directrice à Saint-Antoine-Marie-Claret et finalement à Ahuntsic pendant 8 ans dans chaque milieu. Les classes TC, les classes d’accueil et les groupes d’anglais intensif, ça me connait.
J’ai beaucoup aimé ce travail, mes équipes, les élèves, le rythme de fou. Je me suis donnée à fond dans mon travail et j’en suis fière.

Maintenant, c’est le temps de la retraite, n’est-ce pas merveilleux? Les belles aventures, les sorties entre amis, sans oublier la relaxation dans mon pavillon de jardin. Le bonheur quoi!

Josée Crépeau
II y a 4 ans déjà, j’entamais l’une des plus belles étapes de ma vie après 33 ans de loyaux services à la CSDM dont 7 années à la direction d’établissement et 14 comme cadre des services éducatifs en regroupement, en réseau, en service et à la direction générale adjointe. Ouf!

J’y ai vécu des années exaltantes, remplies de défis et j’ai toujours eu à cœur l’apprentissage sous plusieurs formes: le soutien aux élèves comme spécialiste en musique, l’accompagnement des personnels comme directrice et le soutien à la gestion éducative comme cadre. J’ai côtoyé des gens compétents, engagés et formidables! Maintenant, je continue à apprendre (notamment l’italien), je prends le temps de vivre et je voyage dès que je peux prendre la poudre d’escampette. Ciao, a pronto!

Diane Dulude
Retraitée depuis septembre 2018 après 33 ans de loyaux services: treize ans comme enseignante au primaire et au préscolaire puis adjointe et directrice durant 20 ans. L’ambition m’a guidée longtemps puis, à 50 ans, j’ai réalisé que le travail ce n’était pas tout. Je me suis assagie et maintenant je récolte ce que j’ai semé ces dernières années. J’ai aimé ce métier qui nous demande tellement d’engagements… J’y ai rencontré tellement de gens intéressants et engagés…

J’en garde un souvenir positif mais là, il est temps de vivre une autre étape. J’ai la santé, l’énergie et des idées plein la tête. Quel bonheur! Au plaisir de vous croiser à l’ADERM!
                                                                                                                                                                 
Manon Pérusse
C’est en 1984 que je termine mon baccalauréat en éducation au préscolaire et en enseignement au primaire, pour ensuite aller enseigner le français langue seconde à Kuujjuak, dans le Grand Nord québécois.

En 1986, j’obtiens mon premier contrat comme enseignante en classe d’accueil à la CECM, qui deviendra la CSDM. J’ai enseigné aux écoles Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours (11 ans) et La Visitation (3 ans). Pendant toutes ces années, j’ai coécrit le matériel didactique pour l’enseignement du français en classe d’accueil « OLÉ! - 1er cycle », j’ai également coécrit le matériel didactique pour la communication orale « Dis-moi et sa puce à l’oreille - 3e année », j’ai participé à la mise sur pied du Centre des Enseignantes et Enseignants (centre de formation par les pairs) et j’ai complété une maitrise en didactique des mathématiques (MED).

C’est avec l’élan de la Réforme que je choisis en  2001 de faire le saut à la direction. J’ai débuté comme adjointe à l’école Saint-Gabriel-Lalemant et j’y suis resté 9 ans, dont les 4 dernières comme directrice par intérim. J’ai eu le plaisir d’y ouvrir les premières classes pour élèves ayant des difficultés d’apprentissage avec troubles associés (DGA-TA). En 2010, je passe à la direction de l’école Sainte-Cécile où j’ai terminé ma carrière le 30 juin 2018. Une carrière qui aura compté 17 années à enseigner la langue seconde et 17 années à diriger des écoles en milieu défavorisé. Toutes ces années, je me suis aussi impliquée dans divers projets ou comités et j’ai fait de ma formation continue, et de celle de mon personnel, un élément fondamental de ma pratique et de mon leadeurship pédagogique. Je suis heureuse et fière du parcours réalisé dans mes deux carrières et j’en garde les plus beaux souvenirs pour ma retraite, que je partage maintenant avec vous!
                                                                                                                                             
Claude Moulin
Bonjour chères membres et chers membres de l’ADERM.
J’ai pris ma retraite il y a plus de 2 ans maintenant. Après avoir œuvré à la CSDM comme enseignant au primaire, j’ai accédé à un poste de direction adjointe à l’école Henri-Julien en aout 1999. Quel coup de fouet j’ai reçu durant ces 4 mois d’intérim! Le défi de cette clientèle en difficulté m’a avalé et j’ai passé le reste de ma carrière à œuvrer dans les écoles spécialisées pour élèves ayant des besoins particuliers. J’ai travaillé 10 ans à l’école Espace-Jeunesse et 7 ans à l’école de la Lancée. J’ai adoré cette partie de ma vie où les rencontres professionnelles m’ont permis de connaitre des personnes passionnées tant à la CSDM qu’au Centre Jeunesse de Montréal.

Ceux qui me connaissent bien savent que j’ai le rire facile et que j’aime m’impliquer dans mon organisation. Je l’ai fait à la CSDM, à l’AMDES et maintenant que je me joins à l’ADERM où je compte bien participer à la vie de cette belle association. Je ne m’ennuie pas du tout à la retraite. Le temps file si vite et les projets se bousculent. Cependant, je trouverai bien un peu de temps pour l’ADERM. Au plaisir de retrouver ceux et celles que je connais déjà et au plaisir de faire la connaissance de ceux que je connais moins ou pas.

• Publications du 13 avril 2020 (5 extraits de L'Entre-nous vol. 26 numéros 1 et 2)

Sylvie Rivet
Une décision importante dans la vie de toute personne qui a donné de nombreuses années pour une même organisation. Pour ma part, j’ai débuté ma carrière comme professionnelle à l’éducation des adultes, j’ai poursuivi ma carrière au Service de l’organisation scolaire, puis dans le réseau de la FP, pour terminer comme directrice adjointe au Service de la gestion des personnes et du développement des compétences.

Ce fut une carrière extrêmement variée où j’ai eu la chance de rencontrer des personnes stimulantes, intéressantes et généreuses. J’ai également su tisser des liens avec des personnes passionnées par le monde de l’éducation. Je suis donc très enthousiaste à l’idée de retrouver certaines de ces personnes, maintenant membres de l’ADERM. Heureuse d’être nouvellement retraitée et très contente d’être parmi vous.

Marc Croteau
Ma retraite, après 40 ans de vie professionnelle! Éducateur physique de formation, j’ai enseigné pendant 12 années aux niveaux secondaire et primaire. Par la suite, j’ai poursuivi ma carrière durant 7 ans comme conseiller pédagogique suivis de 11 années à la direction d’établissement pour enfin terminer ma carrière comme gestionnaire au service des technologies de l’information.

De jour en jour depuis ma retraite le 2 juillet 2018, un sentiment de liberté m’envahit dans un tourbillon de nouvelles activités, pour moi et mes proches. Je me sens un peu dans un déséquilibre qui, je sais, se veut temporaire. Je suis conscient aussi du temps qui passe et des limites qui s’imposent désormais à la santé, à la vitalité, à la capacité de m’engager ou à celle de tout recommencer. Mais la nécessité et le gout de bouger, le plaisir de créer de nouvelles relations, de maintenir des liens familiaux forts, de m’engager dans une cause sont toujours bien présents.

Comme l’écoute de la musique fait partie de mon quotidien, la chanson « Le bonheur il est où » de Christophe Maé est une belle inspiration. J’ai le sentiment et le temps de réfléchir sur le moment présent, sur moi-même et les autres. Peut-être, un peu de sagesse accumulée avec les années m’amène à dire : Le bonheur il est où, il est là, comme dit la chanson !

Anne Alexandre
Anne Alexandre a dédié plus de 40 années de sa vie aux enfants en grande difficulté. Elle a toujours été préoccupée par les mille-et-un défis que certains enfants doivent surmonter dans la vie. Dès l’âge de treize ans, elle consacre ses heures de loisir aux enfants malades de l’hôpital Sainte-Justine à titre de bénévole. Elle inaugure notamment le service bénévole ambulancier de l’hôpital et accompagne de nombreux enfants vers d’autres hôpitaux pour y recevoir des traitements spécifiques.

Elle devient orthopédagogue pour rendre accessibles, compréhensibles et efficaces les apprentissages des élèves ayant des difficultés multiples. Elle devient adjointe spéciale à la direction des écoles des Centres de Jeunesse Batshaw puis, au moment de la mutation des commissions scolaires, elle occupe le poste de directrice adjointe de l’Académie Dunton (CSDM). Elle devient par la suite directrice des écoles Maisonneuve, de la Lancée et Victor-Doré (école à mandat suprarégional pour enfants lourdement handicapés). Elle consacre son temps libre à divers projets de théâtre depuis près de trente ans. La retraite n’est pas synonyme de fin ou d’arrêt pour elle. C’est le moment privilégié de faire des choix. Les siens continuent d’être l’accompagnement, la conseillance et, bien entendu, ses petits enfants.

Cécile Sachetelli 
Jeune, je rêvais d’être fildefériste. Au fil des années de travail, j’ai eu l’occasion de pratiquer cette discipline, à la recherche d’un équilibre, non pas au-dessus du sol, mais les deux pieds dans la réalité du milieu scolaire!

À la retraite, je poursuis mon apprentissage avec des gens que j’aime.




Richard Payeur
Ah la retraite! Quel bonheur! Je suis convaincu que les membres de l’ADERM savent de quoi je parle! Profiter de cette liberté et de ces opportunités que la vie nous présente après avoir donné plusieurs années de celle-ci à l’avancement de la pédagogie!
Au plaisir de vous croiser lors d’évènements organisés par l’association.
Richard Payeur, Heureux retraité